Un gros bobo, les suites d'une opération, une maladie qui se termine... ne vous étonnez pas si dans un premier temps, votre compagnon manque d'appétit. Il faut, comme un humain, qu'il se remette doucement pour retrouver son dynamisme et que l'estomac lui retombe dans les talons ! Peut-être même le vétérinaire vous conseillera-t-il un aliment spécifique aux chiens convalesents.

Un chien qui ne mange pas, qui boude sa gamelle et, pire encore, qui détourne la truffe de cette friandise pour laquelle, en temps normal, il ferait des kilomètres sur deux pattes... voilà des situations qui déstabilisent toujours les maîtres. Ils finissent par devenir aussi malheureux que leur chien et, au final, font régner une ambiance plombée dans la maison que bon nombre de chiens, les plus sensibles en premier lieu, finissent par ressentir.

Lorsque le chien va chez le vétérinaire pour une prise de sang ou bien pour une opération chirurgicale, même bénigne, il n’est pas nécessaire de le forcer à manger au retour. L’essentiel est qu’il dispose d’eau fraîche, de calme et qu’il ne soit pas exposé aux bruits ou encore aux courants d’air. Ne pas le plaindre en permanence non plus au risque qu’il en rajoute de son côté ! Jouez l’indifférence, comme si de rien n’était.

PLUS CONCENTRES

Les aliments destinés aux chiens convalesents et qui peuvent être prescrits par le vétérinaire sont généralement plus concentrés que les autres. La raison est justement le manque d’appétit dont font souvent preuve les chiens patraques. Là non plus, il ne faudra pas chercher à faire manger le chien à tout prix. Mieux vaut lui proposer de petites quantités en plusieurs fois, en veillant toujours à ce qu’il ait de l’eau fraîche. beaucoup d’amour et d’attention feront le reste pour la guérison de votre grand malade !

Suivre les consignes du véto
A vouloir à tout prix le voir manger, à lui donner autre chose que son aliment habituel pour se faire en fait plaisir à eux qu’à leur chien, les maîtres finissent par obtenir l’effet inverse de celui recherché. On sait combien certains chiens sont sensibles aux changements alimentaires, ce qui leur déclenche des troubles digestifs.

Si la maladie n’est pas trop grave, la convalescence ne sera pas longue. Dans le cas contraire, il se peut que le vétérinaire donne certaines consignes et prescrive notamment un aliment spécifique tout spécialement destiné aux chiens convalescents... Aliment que l’animal a d’ailleurs déjà pu recevoir pendant son séjour en clinique et que vous allez devoir continuer à lui donner pendant quelques temps. Il peut se présenter en boîte ; il est alors plus appétent qu’un aliment sec et plus facile à ingérer aussi. Mais, pour ces mêmes raisons, il existe aussi sous forme liquide.

Autre possibilité : le chien garde son aliment habituel mais reçoit en plus des compléments prescrits par le vétérinaire. Attention à ceux, pour chiens convalescents, que l’on trouve librement dans le commerce, il ne faut pas les utiliser n’importe comment. En effet, certains peuvent présenter des contre-indications, par exemple pour la chienne gestante ou allaitante.

Mieux vaut donc, pour la guérison de votre compagnon, laisser faire l’homme de l’art qu’est le vétérinaire et ne pas hésiter à l’appeler si l’état du chien ne s’améliore pas dans les jours qui suivent son retour à la maison.